Comprendre sa fiche de paie
  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin

Comprendre sa fiche de paie
5 (100%) 11 votes

Même si le nombre de lignes sur votre fiche de paie a été divisé par deux grâce au nouveau modèle mis en place au 1er janvier 2018, cette dernière reste un casse-tête pour de nombreux dirigeants et salariés. Effectivement, mis en place le 1er janvier 2017 pour les entreprises de plus de 300 salariés, le nouveau modèle de la fiche de paie reste peu clair dans ses intitulés, ses calculs et ses nombreuse informations affichées. Résultats : les salariés s’y perdent, les dirigeants aussi et les gestionnaires de paies passent beaucoup de temps à devoir expliquer à chacun à quoi correspond chaque ligne.

En tant que cabinet d’expertise-comptable, nous avons décidé de clarifier certains éléments de votre fiche de paie. Vous allez enfin pouvoir regarder celle-ci et épater tout le monde avec vos connaissances en la matière.

1)     La composition d’une fiche de paie

Une fiche de paie, également connu sous le nom de bulletin de salaire, est un document établi mensuellement (ou selon la périodicité de la paie) par un employeur. C’est un récapitulatif d’un certain nombre d’informations relatives au travail et à la rémunération du salarié.

Ce document se divise en 4 grandes parties :

  1. Les informations concernant les parties prenantes (employeur et salarié concerné)
  2. Les composantes de la rémunération (pour la période concernée)
  3. Le salaire brut et les différentes retenues qui mènent au salaire net à payer. Dans cette partie, est également évoqué le salaire net imposable (avant les prélèvements sociaux, principalement la CSG et la CRDS)
  4. La synthétise de la situation du salarié vis-à-vis de sa paie

2)     Informations relatives aux parties prenantes

Cette partie de la fiche de paie regroupe les informations générales relatives au salarié concerné et à l’employeur.

Les mentions obligatoires concernant l’employeur :

  • Le nom et les coordonnées de l’employeur
  • Le code APE et le numéro SIREN de l’entreprise
  • La convention collective applicable, ou, à défaut, les articles du Code du travail concernant les délais de préavis et les congés payés applicables au salarié
  • Le numéro de cotisant où l’employeur verse ses cotisations patronales (URSSAF)

Les mentions obligatoires concernant le salarié :

  • Le nom, le prénom et la définition précise du poste concerné (la position du salarié dans la classification conventionnelle).
  • La date d’entrée dans l’entreprise, l’ancienneté
  • Le numéro de Sécurité sociale du salarié
  • La période concernée par la fiche de paie
  • Le nombre d’heures travaillées durant la période (généralement mensuelle), en distinguant les heures normales et les heures supplémentaires (les heures supplémentaires étant majorées)
  • Le taux horaire applicable pour les heures normales et celui applicable aux heures supplémentaires
  • Le nombre de jours de congés payés pris et le nombre restant

Bulletin de paie - Blog WITY

3)     Les composantes de la rémunération

Cette seconde partie de la fiche de paie énumère les éléments, par lignes, qui composent la rémunération sur la période donnée. C’est notamment cette partie qui a fait l’objet de modifications et de simplification au 1er janvier 2018.

Cette simplification consiste à regrouper certaines lignes. Les rubriques de la fiche de paie sont désormais regroupées en fonction des risques. Exemple : le risque santé, le risque ATMP (accident du travail et maladies professionnelles), la retraite, la famille et l’assurance-chômage.

Un autre grand changement de cette partie est la suppression de la cotisation maladie. Celle-ci est accompagnée d’une baisse de la cotisation chômage. Cette baisse a pour but de compenser la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG).

Voici donc la nouvelle composition de cette partie :

Le salaire brut

Le montant du salaire brut du salarié fait partie des mentions obligatoires. Ce montant se trouve également sur le contrat du salarié. Le salaire brut est défini pour un nombre d’heures travaillées (exemple : 35h, statut non-cadre).

Au-delà de ce nombre, les heures travaillées sont comptabilisées en tant qu’ « heure supplémentaire ». Ces heures supplémentaires doivent être mentionnées sur la fiche de paie avec le taux à appliquer. En effet, il y une majoration de ces heures par rapport au heures prévues dans le contrat de travail.

Néanmoins, si le salarié a été absent hors des congés payés, le ou les jours d’absence seront retirés sur le nombre d’heures travaillés. Le salaire brut sera alors diminué.

Enfin, le salaire brut peut également correspondre à un forfait jour. Dans ce cas, il n’y a pas d’heures supplémentaires mais le salarié reçoit des jours de repos appelés RTT (statut cadre).

4)     Le salaire brut et les différentes retenues qui mènent au salaire net à payer

Après le calcul du salaire brut vient ensuite les retenues (charges) que l’employeur paye directement pour son salarié. En enlevant toutes ces charges et cotisations au salaire brut, cela donnera le salaire net que l’employeur doit payer à son salarié.

Les charges et les cotisations

Dans cette partie, sont regroupées les charges et cotisations dues par le salarié et celles dues par l’employeur.

Les cotisations et les contributions dues regroupent :

  • Les cotisations de sécurité sociale,
  • Les cotisations de retraite complémentaire obligatoire,
  • Les cotisations chômage,
  • La contribution sociale généralisée (CSG),
  • La contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS),
  • La cotisation prévoyance.

Généralement, la fiche de paie mentionne la nature et le montant de chacune de ces cotisations. Leur taux respectif doit aussi apparaître sur la fiche de paie. En moyenne, les cotisations sociales représentent 22% du salaire brut. Concernant les cotisations patronales, comptez entre 22 et 45 % du salaire brut. Ce salaire brut additionné des cotisations patronales est parfois nommé « salaire chargé » ou « salaire super brut ».

De plus, certains frais comme la part des tickets restaurant à charge du salarié peuvent apparaître dans les dernières lignes de la fiche de paie. Ces dernières lignes ne sont pas soumises à cotisations.

Enfin, certaines mentions sont facultatives. C’est notamment le cas des cotisations patronales de sécurité sociale. En effet, l’employeur peut décider de faire un récapitulatif annuel du montant des cotisations payées. Dans ce cas, il remettra ensuite ce document au salarié.

Le salaire net

En bas à droite de la fiche de paie, se trouve le salaire net. Ce dernier est calculé en soustrayant du salaire brut les charges et les cotisations sociales que l’employeur paie. Le salaire net correspond au montant que le salarié touche après toutes ces soustractions.

Le salaire net peut éventuellement être complété par des primes (prime d’ancienneté, 13e mois…) ainsi que par des avantages en nature. Leur nature et leur montant doivent alors figurer sur le bulletin de paye.

Le salaire net imposable

Le salaire net imposable est la fraction du salaire qui sera assujettie à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires. Ce dernier diffère du salaire net à payer parce que toutes les cotisations sociales, à la charge du salarié, ne sont pas déductibles pour le calcul de l’impôt sur le revenu. C’est notamment le cas d’une partie de la CSG.

5)     La synthése de la situation du salarié vis-à-vis de sa paie

Dans cette dernière partie de la fiche de paie, se trouve différentes informations résumant les parties précédentes. Cette partie synthétise la situation du salarié vis-à-vis de sa paie :

  • Les congés payés acquis et restants à prendre sur l’exercice
  • Le salaire net à payer pour la période concernée par la fiche de paie
  • Un récapitulatif du coût global du salarié pour l’employeur (salaire brut + cotisations sociales patronales)
  • Le cumul du salaire imposable depuis le début de l’exercice
  • Le mode de paiement du salaire et la date de paiement

 

Enfin, l’un des gros changements de 2018 sur la fiche paie sera le prélèvement à la source. À partir de janvier 2019, le bulletin de paie devra indiquer l’assiette et le taux du prélèvement ainsi que le montant du salaire qui aurait dû être versé au salarié avant le prélèvement.

D’ailleurs, dès la fin de l’année 2018, certains salariés verront apparaître leur taux de prélèvement à la source sur leur bulletin de paie.

 

Vous avez des questions concernant l’établissement de vos bulletins de paie ? Vous recherchez un expert qui saura s’occuper de toutes vos fiches de paie ? Contactez notre équipe du pôle social de WITY sans plus attendre ! Ils s’auront vous conseiller et vous épauler dans cette lourde tâche.

 

Fiche de paie - Blog WITY
Rejoignez notre communauté d'entrepreneurs !
Recevez gratuitement par email toutes les informations pour créer et gérer votre entreprise.
Vos données sont importantes pour nous et ne sont pas transmises.