5 conseils pour se relever d’un échec entrepreneurial et aller de l’avant

  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin
C’est un risque à prendre quand on se lance dans l’entrepreneuriat : voir son idée de business aboutir à un échec entrepreneurial. Vous faites partie des malchanceux dont la création d’entreprise n’a pas fonctionné ? Suivez notre mode d’emploi pour rebondir !

Sommaire

Préambule : un mot sur la pérennité des entreprises et les échecs

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il nous faut commencer par rassurer : en 2019 selon l’INSEE, “seules”  61 % des entreprises créées 5 ans avant étaient encore actives. Si ce pourcentage peut paraître encourageant, il démontre également que 39 % d’entre elles n’étaient plus actives.

Si vous êtes en train de vivre un échec entrepreneurial, nous tenons donc à vous décomplexer sur ce sujet : dans ce domaine, l’échec est fréquent. Il ne signifie pas que vous êtes moins bon qu’un autre, mais que vous avez peut-être eu la bonne idée au mauvais moment, ou adopté une méthode inadaptée pour propulser votre projet.

Échouer quand on crée une entreprise arrive, et cela peut résulter de beaucoup de facteurs différents. Pour ne rien faciliter, il faut avoir en tête que l’on n’a pas toujours de prise sur les éléments qui se mettent en travers de notre route… Alors le premier conseil que l’on peut vous donner, c’est de ne pas ressasser l’idée d’échec en vous accablant : vous n’êtes ni le premier, ni le dernier entrepreneur à échouer, et il n’y a rien de honteux là-dedans.

 

WITY - Entrepreneur - JURIDIQUE

 

Conseil n°1 : réglez les détails administratifs 

En cas d’échec entrepreneurial, on peut vite se retrouver démoralisé au point d’oublier sa to-do list. Parce que oui, bien que l’on ait décidé de fermer son entreprise, il y a encore des cases à cocher avant d’en arriver à sa fermeture officielle et définitive. Pour ne pas vous laisser gagner par le spleen et passer à autre chose rapidement, notre premier conseil est donc de régler au plus vite les détails administratifs.

Voici quelques exemples de tâches à effectuer pour avancer sur ce sujet : 

  • l’encaissement des règlements encore en cours ;
  • le versement des derniers paiements ;
  • mais aussi toutes celles qui concernent la clôture de la société (rédaction d’un procès-verbal de dissolution, diffusion d’une annonce légale, envoi du formulaire M2, déclaration au greffe, etc.)  ;

Si vous ne réglez pas ces détails administratifs, vous risquez de continuer à recevoir des courriers auquel il faudra prendre le temps de répondre. Et ce dont vous n’avez surtout pas besoin dans une période comme celle-ci, c’est de perdre du temps à faire des choses qui ne vous permettent pas d’aller de l’avant. 

Pour faciliter cette étape, on vous conseille de vous faire accompagner, afin d’être sûr de ne passer au côté d’aucune formalité juridique. Un cabinet d’expertise comptable en ligne peut par exemple vous guider tout au long de la procédure de clôture.

 

Conseil n°2 : partez vous ressourcer

C’est un conseil rarement pris en compte par les entrepreneurs qui essuient un échec, mais qui est pourtant d’une grande utilité. Quand on ferme son entreprise, on n’a pas forcément envie de se mettre en pause… Ou si on en a envie, c’est souvent pour se replier sur soi-même et réfléchir à tout ce que l’on aurait pu faire mieux ou différemment.

Pour éviter de gamberger, mieux vaut prendre un vrai break, loin de chez soi ou dans un endroit dépaysant si l’on en a la possibilité. L’important, c’est de voir un peu autre chose que les quatre murs de son salon, pour retrouver sérénité et pourquoi pas, un peu d’inspiration. Si vous ne pouvez pas bouger de chez vous, pourquoi ne pas tester une semaine de vacances “à domicile” ? C’est l’occasion de prévoir des visites de musée, des balades, de découvrir un peu mieux son quartier ou encore de découvrir les meilleurs film sur l’entrepreneuriat… En somme, de faire toutes ces choses que l’on ne prend pas le temps de faire dans le tourbillon du quotidien !

 

WITY - Entrepreneur - JURIDIQUE

 

Conseil n°3 : partagez votre expérience / votre échec

On vous le disait en préambule : vous n’êtes ni le premier, ni le dernier entrepreneur à devoir faire face à un échec. En partageant votre expérience et en discutant avec des créateurs d’entreprise passés par les mêmes étapes, vous vous sentirez moins seul, et cela vous aidera à porter un regard moins négatif sur ce que vous venez de vivre.

Certes, votre entreprise n’est plus en activité. Mais vous avez tout de même accompli de belles choses, défendu un projet et tout mis en œuvre pour en faire un business… Et ça, ce n’est pas rien ! Plus vous en parlerez autour de vous, plus vous identifierez de points positifs dans la période qui a précédé la fermeture de votre entreprise.

Par ailleurs, partager son expérience peut être aussi bénéfique pour soi que pour les autres. Rappelez-vous des récits d’entrepreneurs qui vous ont inspirés : vous constaterez qu’il s’agit souvent d’histoires de détermination, de persévérance… Qu’aucune entreprise “à succès” ne l’a été dès le premier jour !

 

Conseil n°4 : remettez-vous en selle

Ce n’est pas parce que votre entreprise n’a pas fonctionné cette fois-ci que le concept de base est obligatoirement mauvais. Il suffit peut-être de l’exploiter différemment, de changer de stratégie, ou même de viser une autre cible. Pour surmonter l’échec, le meilleur conseil que l’on puisse vous donner est donc de… perséverer

Si vous estimez que tenez vraiment quelque chose, approfondissez votre idée et réfléchissez à la manière de l’adresser autrement. Sinon, profitez d’avoir du temps devant vous pour en chercher une autre : lisez, écoutez des podcasts, discutez avec votre entourage, interrogez les habitudes, les besoins des autres… Soyez à l’écoute et surtout prenez des notes, c’est comme ça que l’on se souvient et que l’on avance !

 

WITY - Création d'entreprise offerte

 

Conseil n°5 : faites en sorte d’être bien entouré

On pourrait penser que c’est une banalité… Mais loin de là. Dès le moment où l’on entreprend, être bien entouré est d’une importance capitale. Si vous n’en faites pas encore partie, n’hésitez pas à rejoindre des réseaux d’entrepreneurs, à faire des personnes qui vous inspirent des mentors, à leur demander conseil sur les sujets qui vous questionnent. Idem sur le plan personnel : ne vous isolez pas et pensez confier vos peurs et vos doutes.

 

Et si vous ressentez le besoin de vous former, ou de bénéficier du conseil dispensé d’un professionnel… Foncez. Il n’y a aucun mal à demander de l’aide sur des sujets que l’on ne maîtrise pas. Chez Wity par exemple, nous pouvons vous accompagner dans la création et la comptabilité de votre entreprise. N’hésitez pas à nous contacter !

Rejoignez notre communauté d'entrepreneurs !
Recevez gratuitement par email toutes les informations pour créer et gérer votre entreprise.
Vos données sont importantes pour nous et ne sont pas transmises.