Business Plan de PME : les 10 règles d’or !
Juliette Lecureuil
14 décembre 2021

Le business plan, c’est un peu la clef de voûte de toute création d’entreprise : sans lui, le projet n’est pas bien structuré et l’entrepreneur n’a aucun appui pour l’aider dans sa prise de décision. On vous explique plus en détail en quoi un business plan consiste, et on vous liste 10 règles d’or pour établir celui de votre PME facilement.

Rappel : à quoi sert un business plan exactement ?

On vous le disait ci-dessus : produire un business plan est une étape absolument incontournable de votre création d’entreprise. Déjà, parce que cela va vous permettre de formaliser tout ce que vous avez en tête mais qui n’a pas encore été officiellement couché sur le papier… Mais pas seulement : également parce que cela va vous obliger à réfléchir de manière encore plus profonde à la raison d’être de votre projet entrepreneurial !

Par exemple, vous allez devoir répondre à des questions comme : à quelle demande exprimée par les consommateurs ou les utilisateurs êtes-vous en train de répondre en la créant ? Quelles opportunités commerciales avez-vous identifiées, qui vous permettent de penser que votre idée peut de business fonctionner ? Quels objectifs souhaitez-vous vous fixer, que ce soit à court ou à long terme, pour jalonner cette création d’entreprise ?

Toutes les réponses à ces questions devront figurer dans votre business plan, auquel vous devrez également ajouter la feuille de route que vous vous fixez pour atteindre vos objectifs et les moyens que vous y allouez. Une fois ce travail effectué, vous serez muni d’un précieux document sur lequel vous appuyer – même s’il est bien sûr amené à évoluer –  pour piloter votre PME… Et ça, ça n’a pas de prix !

 

Voici les 10 règles d’or du business plan de PME

L’importance du business plan n’étant plus à démontrer, passons au concret : ce que doit contenir, précisément, le business plan de votre future PME ! Pour vous donner des repères, nous avons identifié 10 bonnes pratiques à intégrer à votre démarche. Elles sont les suivantes : 

  • Être extrêmement clair et concis

S’il n’y a pas forcément de longueur type en matière de business plan, on dit généralement qu’il faut compter entre 10 et 30 pages, annexes exceptées, pour rédiger un business plan. En réalité, tout dépend du projet que vous portez et de la quantité d’idées et de données que vous avez à mettre par écrit : la clef, c’est d’aller à l’essentiel et de faire preuve de la plus grande clarté possible afin de ne pas perdre vos potentiels lecteurs. Adieu, donc, le roman-fleuve !

  • Faire preuve d’un maximum de précision dans son business plan

Clarté, concision… Mais aussi précision sont de mise, et c’est extrêmement important. Dans votre business plan, vous ne devez citer que des données vérifiables et pour lesquelles vous pouvez évidemment citer vos sources. Si vous vous fondez sur une étude pour préciser que votre création d’entreprise répond à un besoin, veillez à bien référencer cette dernière, son commanditaire et la date à laquelle elle a été menée.

  • Bien structurer le document

Veillez à être aussi méticuleux dans le sourcing des données que dans la structure de votre document : les différentes informations doivent s’enchaîner avec logique, et votre business plan doit comporter des parties et des sous-parties, avec chacune un titre qui résume le plus simplement possible l’objet de ces dernières.

En général, ces différentes parties sont les suivantes : 

  • un condensé du business plan, on parle aussi d’executive summary ;
  • la présentation de l’équipe, à commencer par vous ;
  • une présentation générale du projet ;
  • une partie dite “économique”, qui contient tout ce qu’il faut savoir sur votre produit, votre business model, mais aussi une étude de marché et le montant du chiffre d’affaires prévisionnel (entre autres) ;
  • une partie dite “financière” avec des données chiffrées – tableau des investissements, compte de résultat pour les 3 années suivant la création, seuil de rentabilité, etc. ;
  • une partie dite “juridique” comportant des informations comme le statut juridique que vous souhaitez donner à votre entreprise ou la répartition du capital ;
  • un sommaire, et un partie dite “documentaire” avec les documents dont vous pouvez justifier.
  • Répondre aux questions essentielles

S’il y a autant de business plans qu’il y a de projets de création d’entreprise différents, vous devez absolument répondre à certaines questions dans le vôtre. Elles sont les suivantes : 

  • Quelle est la genèse de votre projet ? Avec qui en avez-vous eu l’idée et avec qui me lancez-vous ? Votre projet est-il amené à évoluer, si oui à quel horizon et comment ?
  • En créant votre projet, comptez-vous prendre des parts d’un marché existant ou allez-vous créer un nouveau marché ?
  • Dans le premier cas, quels sont vos concurrents et en quoi vous distinguez-vous d’eux ? Quel sera votre positionnement sur le marché ?
  • À quel besoin des consommateurs/utilisateurs votre produit ou votre service répond-il ? Quelle est votre cible ?
  • Quels sont vos objectifs et quelle stratégie allez-vous mettre en place pour les atteindre dans le temps que vous vous donnez ?
  • De quels financements avez-vous besoin, et pour développer/accélérer quels aspects de votre projet ?
  • Votre projet est-il rentable et scalable ?
  • Faire preuve de réalisme

Vous l’avez compris : dans votre business plan, vous allez devoir donner des projections précises et chiffrées. S’il est bon d’être optimiste et ambitieux, gardez à l’idée qu’il faudra certainement que le document sache convaincre un banquier. En conséquence, soyez toujours le plus réaliste possible. 

  • Apporter un grand soin à la forme de son business plan

Prenez garde à ce que l’orthographe et la syntaxe de votre document soient irréprochables. Quelqu’un de très occupé dont le temps en précieux ne prendra pas la peine de vous lire si votre business plan est un torchon.

  • Illustrer son propos si nécessaire

Les illustrations sont évidemment bienvenues. Vous pouvez par exemple ponctuer votre présentation par une photo de vous ou de l’équipe, ou encore joindre un article de presse ou un sondage si cela vous semble utile.

  • Adopter le vocabulaire du pitch

Gardez à l’esprit que votre business plan est une sorte de pitch en format écrit de ce que vous pourriez présenter à l’oral pour lever des fonds ou convaincre un ami de contribuer à votre campagne Ulule. Soyez le plus convaincant possible et montrez la confiance que vous avez dans votre projet… Après tout, vous avez normalement la preuve – cf partie 2) – que vous répondez à une vraie demande !

  • … Mais rester humble

Avec le réalisme, l’humilité doit impérativement partie de vos qualités en tant que chef d’entreprise. Pas question de vous surestimer : vous restez un être humain avec ses faiblesses, et vous devez le montrer en évitant de faire preuve d’un trop-plein de confiance en vous. Comme dans la pâtisserie, tout est dans le dosage.

  • Si besoin, faites-vous aider pour votre business plan

Enfin, si vous ne vous sentez pas de produire ce document seul, n’hésitez pas à vous faire aider. De nombreuses entreprises proposent leurs services d’accompagnement à la rédaction de business plan, et vous trouverez forcément votre bonheur. À vous de jouer !

 

Besoin d’être accompagné dans votre projet de création d’entreprise, d’aide dans la réalisation d’un prévisionnel financier (3 à 5 ans) ou un Business Plan complet ? N’hésitez pas à faire appel à l’un de nos experts Wity !

Partagez avec vos amis !

TAGS :

Comment créer un site internet efficace ?

Comment créer un site internet efficace ?

Un site internet efficace est un site qui, génère des leads qualifiés, puis les transforme en prospects et enfin en clients. Créer un site internet est devenu relativement simple grâce notamment à l’explosion des logiciels et autre éditeurs de sites web.

Partagez avec vos amis !

Suivez-nous partout !

Restez connectés avec nous et recevez nos dernières informations.

Expert-comptable-en-ligne banniere