Professionnel libéral - comment choisir son logiciel comptable

Professionnel libéral : comment choisir son logiciel comptable ?

  • Twitter
  • Facebook
  • Linkedin

C’est une tâche très chronophage qui peut demander beaucoup d’énergie aux professionnels libéraux : la gestion de leur comptabilité. Pour les accompagner, rien de mieux qu’un logiciel comptable adapté à leurs besoins et à leur activité. Mode d’emploi pour bien choisir.

Rappel : les obligations des professionnels libéraux

Comme toute activité exercée à titre professionnelle, les professions libérales sont soumises à des obligations comptables et fiscales. Ces dernières diffèrent en fonction du statut juridique choisi pour exercer, et du régime fiscal correspondant. Les différents cas de figure sont les suivants :

Exercice en entreprise individuelle

Un professionnel libéral qui exerce en nom propre a deux options : opter pour le régime micro-BNC, ou choisir le régime de la déclaration contrôlée.

        • Le régime micro-BNC

L’avantage du régime micro-BNC, c’est qu’il permet aux professionnels libéraux dont les recettes sont inférieures à 72 500 € par an de bénéficier de formalités ultra-simplifiées, autant niveau comptable que social et fiscal. Au titre de ces obligations simplifiées, le professionnel :

  • est dispensé de bilan annuel et de comptabilité (la tenue d’un livre des recettes suffit) :
  • bénéficie de la franchise en base de TVA, c’est-à-dire qu’il est exonéré de TVA ;
  • déclare ses recettes de manière mensuelle ou trimestrielle sans avoir à souscrire de liasse fiscale.

Retrouvez le calendrier fiscal 2020 des BNC : https://blog.wity.fr/calendrier-fiscal-2020-des-bnc/ 

        • Le régime de la déclaration contrôlée

Le régime de la déclaration contrôlée, quant à lui, s’adresse aux professionnels libéraux encaissant plus de 72 500 € de recettes par an, et qui sont par conséquent soumis à des formalités plus strictes. Ces derniers doivent en effet :

  • tenir une comptabilité et un livre-journal sur lequel figurent recettes et dépenses professionnelles, ainsi qu’un registre des immobilisations et des amortissements ;
  • établir un bilan et un compte de résultat ;
  • s’acquitter de la TVA, qu’ils soient assujettis au régime réel simplifié de TVA – pour ceux dont les recettes sont inférieures à 247 000 € par an – ou au régime réel normal de TVA – pour ceux dont les recettes dépassent 247 000 € par an ;
  • souscrire à la déclaration 2035 et à ses annexes.

 

 

Exercice en société

Le professionnel libéral exerçant en société (SAS, SASU, SARL, EURL, ou encore SEL pour les professions libérales réglementées), de son côté, est soumis aux mêmes obligations que les sociétés commerciales. En fonction du résultat dégagé au cours de l’exercice, il relève soit du régime simplifié d’imposition (RSI), soit du régime du réel normal (RN).

        • Le RSI

Le RSI concerne les sociétés dont le chiffre d’affaires est inférieur à 247 000 € HT. Celles qui y sont soumises doivent :

  • tenir une comptabilité commerciale, mais aussi un livre-journal et un grand-livre ;
  • établir un bilan, un compte de résultat et une annexe comptable ;
  • s’acquitter de la TVA selon les modalités du régime réel simplifié ;
  • établir une déclaration de résultats2031 ou 2065, selon que la société est soumise à l’impôt sur le revenu (IR) ou l’impôt sur les sociétés (IS).
        • Le RN

Le RN, pour sa part, s’applique aux sociétés dont le chiffre d’affaires dépasse les 247 000 € HT. Les formalités administratives pour les entreprises qui y sont soumises sont importantes. En voici la liste non exhaustive :

  • tenue d’une comptabilité d’engagement complète, d’un livre-journal et d’un grand-livre ;
  • établissement d’un bilan, d’un compte de résultat et d’une annexe ;
  • déclaration de TVA selon le régime réel normal ;
  • souscription d’une déclaration 2031 (pour les entreprises soumises à l’IS), d’une déclaration 2065 (pour les entreprises soumises à l’IR) et de leurs annexes.

 

Pourquoi se doter d’un logiciel comptable ?

Si en tant que professionnel libéral, vous n’êtes pas obligé de vous adjoindre les services d’un expert comptable – la loi ne le spécifie pas, même si cela est fortement recommandé – et que vous pouvez garder votre comptabilité en interne, vous doter d’un logiciel comptable est indispensable.

 

 

Les critères pour bien choisir son logiciel comptable en tant que professionnel libéral

S’il existe de nombreuses offres, toutes ne sont pas adaptées à votre situation. Le meilleur logiciel comptable, c’est le logiciel comptable qui correspond à votre activité. Voici sur quels critères vous baser pour choisir le logiciel qu’il vous faut :

        • La forme juridique de votre entreprise

Qu’il s’agisse d’une entreprise individuelle ou d’une société, le premier critère à observer pour identifier votre besoin en matière de logiciel comptable est sa forme juridique. Effectivement, il ne vous faudra pas le même produit que vous ayez à charge la simple tenue d’une comptabilité ou la  gestion d’un ensemble d’obligations comptable, incluant déclaration de TVA, l’envoi de la liasse fiscale, etc.

        • Vos obligations fiscales

En fonction de la forme juridique de votre entreprise et de son chiffre d’affaires, vous serez soumis à différentes obligations fiscales. Faites une liste des besoins que devra satisfaire votre logiciel comptable en fonction de ces obligations : évidemment, votre choix ne se portera pas sur le même type de logiciel que vous soyez assujetti à la franchise en base de TVA ou au régime réel simplifié.

        • Le type d’activité exercée

Attention : certains logiciels sont spécialisés dans un type d’activité en particulier, et proposent des fonctionnalités dont vous pouvez vous passer. C’est le cas notamment des logiciels de comptabilité dédiés aux entreprises artisanales, qui permettent d’effectuer par exemple un suivi de chantier.

D’autres logiciels proposent au contraire des fonctionnalités dont vous aurez absolument besoin : les professionnels dont l’activité nécessite une attention spéciale portée à la trésorerie par exemple, devront se doter d’un logiciel qui permet d’établir de suivre des budgets de trésorerie.

        • Vos propres habitudes et aptitudes

Un logiciel de comptabilité devra aussi convenir à vos habitudes de travail. Tous les entrepreneurs n’ont pas la même facilité à utiliser des outils digitaux : si c’est votre cas, tournez-vous vers un logiciel dont l’utilisation est basique.

De la même manière, certains opteront pour un logiciel SaaS – hébergé par le fournisseur et mis à disposition sur internet via le cloud –, là où d’autres auront plus de facilité à utiliser un logiciel en monoposte – installé directement sur leur ordinateur. Tout dépend des habitudes de travail et des besoins de chacun.

        • Votre budget

Comme souvent, le critère décisif sera le budget. Après avoir fait la liste des critères qui vous semblent essentiels, déterminez le budget annuel dont vous disposez, puis confrontez-le à votre besoin. C’est l’adéquation entre ces deux critères qui vous permettra de faire un choix définitif.

 

Vous avez besoin d’un logiciel comptable performant ? N’hésitez pas contacter un conseiller WITY pour en savoir plus sur nos offres !

 

Je contacte WITY

Rejoignez notre communauté d'entrepreneurs !
Recevez gratuitement par email toutes les informations pour créer et gérer votre entreprise.
Vos données sont importantes pour nous et ne sont pas transmises.